Le sens de la vie

Il paraît qu’avoir un sens à sa vie, c’est bon pour la santé. J’ai lu ça dans le Newscientist. Non seulement on vit plus longtemps, mais on a une vie sexuelle plus satisfaisante et on contrôle mieux ses niveaux de glucose. Ça m’a fait réfléchir. Pas très longtemps parce que j’ai vite buté sur cette image.

Voilà, c’était la pensée positive du jour. En même temps, quand on a des problèmes d’orientation dans ce domaine, le fatalisme ça ne fait peut-être pas grand-chose pour vos niveaux de glucose, mais ça un côté relaxant.

Des hormones pour tous

Pour ceux qui auraient raté ce grand moment de science : il y a peu, on a appris qu’un essai clinique de contraception masculine par injection avait été interrompu prématurément. La méthode était efficace pour prévenir les grossesses, mais sur les 350 participants, 20 rapportaient des effets secondaires intolérables. Comme des problèmes d’acné, de dépression et de libido.

Ça ne vous rappelle rien?

Ben oui, ce n’est qu’un petit échantillon des effets secondaires qui peuvent accompagner la pilule ou d’autres contraceptifs hormonaux que les femmes prennent depuis des décennies (et hop, une étude toute récente sur la pilule et la dépression).

miss

Non, pas tellement. Mais c’est quand même plus drôle que les images de survivantes d’embolies pulmonaires liées à la prise la pilule. Alors ça n’arrive qu’à un pourcentage infime d’utilisatrices, et il faut m’excuser d’être impressionnable, mais c’est assez impressionnant. Et on peut se demander si ça ne rentre pas dans la catégorie « intolérable ».

Pourquoi ce qui est tolérable pour les femmes ne l’est pas pour les hommes ? Probablement parce qu’il n’y a qu’une seule menace qui puisse faire passer ces effets secondaires à l’arrière-plan. Lire la suite

Où l’on apprend que les virus sont du matin

Le matin, j’ai souvent le nez qui coule. Beaucoup, comme peuvent en témoigner les autres passagers du Lausanne-Genève de 8h12, qui me voient disparaître sous une pile de mouchoirs usagés avec l’indifférence rodée des pendulaires.

autoportrait

J’ai passé une portion non négligeable de ma vie à me demander pourquoi et à échafauder des théories improbables sur le sujet.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Cambridge vient de trouver la réponse. Lire la suite

Sexes, violence et démographie

J’étais sur le point de laisser tomber ce blog, quand j’ai lu quelque chose qui m’a énervé. C’était à propos d’une étude qui suggère que les hommes sont plus violents quand il y a des femmes que quand ils sont entre eux, entre gentlemen.

image
Société masculine

Les chercheurs ont comparé le ratio des sexes dans plusieurs régions avec le niveau de crimes violents, comme les meurtres ou les agressions, ainsi que les délits d’ordre sexuel, comme les viols ou la prostitution (là où c’est illégal). Et ils sont arrivés à la conclusion qu’il y a moins de violence quand il y a moins de femmes.

Parce que le sexe faible s’est mis à taper fort ? Lire la suite

Pour vivre plus longtemps, épousez une femme intelligente

On dit que la femme est l’avenir de l’homme, et on ne croit pas si bien dire. Déjà qu’une femme, c’est bien pratique: pour faire incuber sa progéniture, par exemple, ou accomplir les mêmes tâches que ses congénères mâles à moindre prix. Et bien, il paraît que les femmes – les femmes intelligentes, du moins – font aussi office d’élixir de jouvence pour les chanceux qui parviennent à en épouser une.

Une étude de l’Université d’Aberdeen soutient que les sujets masculins mariés à des femmes d’esprit mènent une vie plus longue et plus heureuse. Ils ont également moins de risques de développer la maladie d’Alzheimer ou d’autres démences pathologiques.

demande

Outre le fait que cette étude a apparemment été réalisée auprès de vrais jumeaux, je n’ai pas trouvé beaucoup de détails supplémentaires. Je m’interroge sur la manière dont les chercheurs écossais s’y sont pris pour mesurer l’intelligence. Lire la suite

José Bové et Ponyo sont sur un bateau

canoe

José Bové et Ponyo sont sur un bateau. José Bové tombe à l’eau, qui est-ce qui reste ? Personne: Ponyo a plongé à sa poursuite pour aller visiter les jardins de Nemo.

plongee

Les jardins de Nemo, c’est ce lieu étrange, à quelques centaines de mètres au large du village de Noli, près de Gênes, où un gang de plongeurs italiens s’est lancé dans la culture maraîchère par six mètres de fond. Dans de drôles de cloches amarrées au plancher marin, ils font pousser du basilic, des fraises, des laitues et des haricots. On dirait des méduses géantes. Si-si, je vous jure, je n’ai pas fumé l’herbe sous-marine. Lire la suite