Comment dire?

Bon, pendant qu’on y est, je remets le sujet sur la table: je n’ai toujours pas trouvé de mot satisfaisant pour désigner le sexe de la femme en termes enfantins. Chez nous, on dit « grain de café » par habitude familiale, mais je n’aime pas l’idée de détourner un mot qui existe déjà, surtout pour quelque chose qui se mange. Même chose pour « abricot », « schneck », etc. « Zézette » me dérange parce qu’il est dérivé de « zizi » et je trouve qu’on a droit à un mot indépendant. Avec « kiki », on ne sait plus de quoi on parle… Bref, si on inventait un nouveau mot? Je propose « oussou » parce que ça sonne bien, ça sonne africain, la terre originelle. En même temps, je n’ai aucune compétence en linguistique, encore moins en linguistique africaine. Donc si vous avez de meilleures idées, je suis preneuse. Des suggestions?

En attendant, j’ai fait un dessin.

L’homme-chèvre

Il y a quelques temps, j’ai vu ce reportage au téléjournal : un artiste britannique s’est bricolé un attirail de chèvre et est parti passer huit jours dans les Alpes, au milieu de ses nouvelles semblables.

tele

Pour pousser la métamorphose un peu plus loin, il se nourrissait d’herbe – bouillie, faut pas exagérer (si par hasard vous voulez regarder, c’est par ici).

Ça m’a fait repenser à un fait divers, quelques lignes que j’avais lues dans un quotidien sarde, il y a plusieurs années, pendant un séjour à l’intérieur des terres. L’intérieur des terres, cette contrée aride et sauvage, où les pierres ne transpirent jamais et la végétation reste toujours sur le défensive. Lire la suite