Où l’on apprend que les virus sont du matin

Le matin, j’ai souvent le nez qui coule. Beaucoup, comme peuvent en témoigner les autres passagers du Lausanne-Genève de 8h12, qui me voient disparaître sous une pile de mouchoirs usagés avec l’indifférence rodée des pendulaires.

autoportrait

J’ai passé une portion non négligeable de ma vie à me demander pourquoi et à échafauder des théories improbables sur le sujet.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Cambridge vient de trouver la réponse. Lire la suite